Capture

Depuis 1990, le Gabon vit au rythme des évènements politiques orchestrés par les acteurs en lutte. Le marché politique gabonais devient un champ d'analyse complexe. De père Paul Mba Abessolo en passant par Pierre Mamboundou, André Mba Obame et aujourd'hui Jean Ping les faits restent les mêmes. Toujours les Bongo et encore les Bongo, une famille qui semble maitriser la clé de la longévité au pouvoir. Seulement aucun gabonais ne se demande pourquoi les Bongo sont toujours au pouvoir?

Qu'est ce qui justifie ces échecs répétitifs des opposants gabonais? 

Pourquoi Omar Bongo et son fils Ali Bongo contrôle le pays malgré la victoire des opposants?

 

Ces trois questions se résument en une seule, pourquoi les Bongo sont toujours aux affaires au détriment du choix des gabonais? Cette n'est pas fortuite et croyez nous, la réponse se trouve chez les opposants gabonais. Le jeu de mots et la peur de prendre leur responsabilité devant l'histoire favorise cette longévité au pouvoir. Certains vont répliquer que la lutte pour la libération d'un pays vient du peuple et reste avant tout un problème personnel. Oui c'est une réponse parmi tant d'autres et comme chaque pays comme le peuple est unique le Gabon a besoin des gens qui assument. 

Hors le point commun de nos leaders depuis 1993 est qu'ils n'assument jamais leur propos tous disent la même chose "personne ne volera ma victoire" au final ont subi encore les Bongo. Dans son grand discours politique Pierre Mamboundou avait prononcé ses mots en 2005 " Si Omar Bongo triche encore, je n'acceptera pas et ce qui arrivera- arrivera". Ce jour, même les morts ont crié pour soutenir P. Mamboundou la suite tout le monde connait Omar Bongo avait triché et Pierre Mamboundou n'a pas pris ses responsabilité face à un peuple qui n'attendait que l'ordre de son leader.

Capture ok

C'est la même chose avec André Mba Obame avec le slogan personne ne volera ma victoire, voté moi et le reste je m'en chargerai au final rien juste les paroles dans l'aire comme on dit au quartier. Aujourd'hui Jean Ping emprunte la même voie que ses prédécesseurs certes avec une démarche contraire. Le peuple gabonais durant ce jeu de cache-cache souffre dans sa chaire, une douleur infernale qu'il partage désormais avec le ciel. Le destin devient une histoire de croyance dont les seuls bénéficiaires sont des pasteurs. 

La prière certes reste une arme mais aucune révolution ni changement de régime n'est venu de l'église en Afrique. Aucune dictature ne s'est affaibli ni chuter par les beaux discours. Aucun tyran n’à laisser tomber le pouvoir par les conférences de presses, ni des pseudos déclaration des opposants. Le choc c'est le choc alors tant que les opposants gabonais attentent l'avenue de la communauté internationale, les Bongo seront toujours là. 

Alors il est temps que M.Jean Ping arrête les caches caches face à Ali Bongo, le temps est aux actes et non à la parlotte. Les gabonais attentent un discours franc et martial pour galvaniser les troupes. Les gabonais veulent entendre la voix d'un digne fils qui donne les ultimatums aux Bongo-PDG. Les Gabonais veulent d'un homme qui a des couilles pour déloger les Bongo-PDG.

La Contribution de votre blog pour ce Dialogue initié par M. Jean Ping est simple:

- M. PING dites à Ali Bongo de quitter le pourvoir avant le 14 janvier 2017 à 15H  si ce dernier ne veut pas:

Actions spontanées: 

- Mouvement de Contestation Général dès le 14 janvier 2017 à 16h ; ( #MCG14)

- Sabotage des équipements collectifs  dès le 15 janvier 2017 (comme le faisait les membres de l'ANC en Afrique du Sud);

- Composition du Comité  National d'Auto-défense  le 16 janvier 2017; (#CNA16)

- Composition d'un Gouvernement National;

- Opération destruction des portraits d'Ali Bongo dans les administrations publiques en remplacement de celui de Jean Ping;

- Opération d'Installation des Membres du Gouvernement Jean Ping dans les bâtiments publics. (#OIMG?)

Voici nos propositions chers amis du Dialogue pour l'alternance à vos commentaires!!!